Loading Posts...

Kifik fabrique des masques éco-responsables à Gardanne

Kifik, filiale de l’entreprise Centaur Clinical, conçoit, fabrique elle-même et commercialise des masques chirurgicaux. Cette entreprise, basée à Gardanne, a installé ses locaux dans le pôle d’innovation Yvon Morandat (lieu emblématique de la reconversion industrielle du bassin minier).

Les masques fabriqués par Kifik, à Gardanne par des salariés français, sont constitués de trois couches de tissus de différentes épaisseurs superposés entre eux. Le tissu utilisé est en plastique recyclé et ne contient aucun additif chimique.

Les masques de Kifik respectent toutes les directives européennes en vigueur. Les composants essaient d’être locaux dans la mesure du possible. Ils proviennent exclusivement de France et d’Espagne, à l’exception de la barette nasale et des élastiques qui ne sont actuellement pas produits en Europe à un coût acceptable.

Les boîtes et sachets dans lesquels sont emballés les masques sont entièrement compostables. L’encre utilisée est d’origine végétale. L’entreprise est par ailleurs très engagée autour des problèmes d’emploi puisqu’elle recrute des personnses qui rencontrent des difficultés d’insertion dans le monde profesionnel. La production a démarré en mai dernier à raison de 3 000 masques par jour. Les coûts restent très compétitifs, compter entre 0,5HT et 0,5HT selon les quantités.

Relocalisation de la production

Le choix audacieux pour un entrepreneur de fabriquer des masques chirurgicaux en France repose sur un calcul qui n’est pas économique seulement. En effet, son dirigeant, Ouadah Hadjebi, fait le pari de la compétitivité hors-prix.

En effet, avec la concurrence chinoise et le coût du travail très faible en Asie, il est impossible de s’aligner sur les tarifs pratiqués actuellement sur les masques originaires de Chine (environ une vingtaine d’euros pour cinquante masques chirurgicaux). Kifik préfère proposer des masques locaux avec des produits plus respectueux de la planète et de la santé à une trentaine d’euros en pariant sur le fait que des consommateurs seront prêts à payer la différence pour une plus grande qualité.

A noter également qu’à l’heure où le plan de relance souhaite recréer des emplois, Kifik le fait concrètement avec ses couturières qui fabriquent quotidiennement les masques chirurgicaux gardannais.

Loading Posts...