Loading Posts...

Rocher Mistral : Tourisme, territoire et impact investing au château de la Barben

Entrepreneur dans le monde de la culture et du spectacle, Vianney d’Alançon et ses associés ont racheté le bien connu château de La Barben qui devient Rocher Mistral avec 1 000 ans d’histoire et 400 hectares de biodiversité.

Le chef d’entreprise Vianney d’Alançon connaît bien le secteur car il avait déjà lancé un autre projet autour du tourisme et de la culture médiévale : Saint Vidal en Haute-Loire. Pour l’entrepreneur : « Il y a urgence patrimoniale pour sauvegarder culture, patrimoine et environnement provençal ». Les quatre associés comptent investir 30 millions d’€ en plus des banques et exclusivement dans les entreprises et les artisans provençaux. Le ticket d’entrée avoisinera les 20 €.

L’impact investing au coeur du projet

Les potentielles retombées économiques sont actuellement à l’étude, mais l’entrepreneur annonce déjà que le projet va générer 200 emplois directs et 200 indirects. Pour l’occasion, un partenariat fort avec Pôle Emploi a été noué pour favoriser l’accès à l’emploi. Le projet se veut au service du territoire : « Nous sommes actuellement à la recherche de prestataires, nous avons ouvert une plateforme Rocher Mistral, en quelques semaines nous avons enregistré plus de 5 000 inscriptions : CV, artisans et entreprises, pour participer au plan de relance de l’économie ».

Le projet repose sur différentes structures juridiques dont certaines sont éligibles au mécénat. L’appel est lancé : « Aujourd’hui investir dans la culture, dans le patrimoine, dans l’environnement est un investissement qui a du sens et c’est important après ce que l’on vient de vivre de donner du sens à son action, à son investissement, pour donner du sens à son argent ».

Les communes voisines ne sont pas en reste

Les maires des alentours s’en réjouissent et espèrent rapidement en tirer bénéfice pour leur commune Le projet a d’ailleurs été présenté la semaine dernière aux élus de la majorité de Pélissanne et fait l’objet de débats animés sur le groupe facebook de la ville. Le défi pour les villages voisins reste à construire en termes d’attractivité et de capacité d’accueil pour permettre aux touristes de prolonger leur séjour et redynamiser l’économie locale dans son ensemble. Il s’agit quand même de ne pas passer à côté des 300 000 visiteurs attendus dès la première année.

Loading Posts...