Loading Posts...

Femmes Business Angels conjugue actionnariat et entrepreneuriat au féminin

Si l’on parle peu des femmes et de l’entrepreneuriat, c’est parce que les freins sont multiples : ils sont à la fois culturels, structurels, organisationnels et individuels.

Le livre blanc du réseau Femmes Business Angels (FBA) publié ce mois-ci propose des pistes d’action pour « faire un véritable état des lieux de l’actionnariat féminin, développer l’éducation des femmes à l’investissement, flécher l’investissement public vers les entreprises à actionnariat et gouvernance vertueux en matière de mixité et dynamiser l’investissement privé ».

Business angels au féminin

Les business angels, ces actionnaires de la première heure qui interviennent souvent avant les fonds d’investissement, sont encore à 90% des hommes. La France compte près de 10 000 Business Angels dont la moitié sont regroupés dans des réseaux. L’étude relève que les freins qui éloignent les femmes de l’entrepreneuriat sont le manque d’argent, des biais culturels et éducatifs, la priorité accordée à la famille mais aussi une plus grande sensibilité aux risques.

Réseau reconnu comme modèle à l’échelle européenne et internationale, FBA a créé WINDAY, le premier forum de l’investissement au féminin, avec le soutien de BNP Paribas Banque Privée. L’objectif de cet événement est de faire découvrir aux femmes l’activité de Business Angels et de les inciter à participer au financement d’entreprises innovantes, et plus globalement de l’économie réelle.

Résoudre les difficultés d’accès aux financements

Parce que les femmes lèvent moins d’argent, moins souvent, la vocation de FBA est de financer et d’accompagner la création et l’émergence de start-ups innovantes et à fort potentiel, qu’elles soient dirigées par des hommes ou des femmes, susciter et faciliter l’implication des femmes dans l’investissement, promouvoir la création d’entreprises par des femmes et contribuer au développement de réseaux de ce type dans d’autres pays.

Le réseau développe déjà ses antennes en région à Lyon, Marseille et Strasbourg. Le travail est encore long : aujourd’hui aucune femme n’est à la tête d’une entreprise du CAC 40 et la France compte seulement 1 femme dirige une entreprise du NEXT 40.

Loading Posts...