Loading Posts...

L’alternance dans la tech, levier pour la digitalisation de l’entreprise

France Num, le portail de la transformation numérique des entreprises, présente un bilan de la présence en ligne des TPE et PME pour l’année 2020. Même si les aides du gouvernement et les mesures de Click & collect sont venues au secours des entreprises, entre mars et juin 2020, près de 12 000 commerçants ont mis la clef sur la porte.

Alors que la crise sanitaire a mis en évidence l’isolation des TPE/PME, le gouvernement pointait le retard de la digitalisation pour les petites entreprises dès le début de la crise. Encore aujourd’hui, 1/3 des très petites entreprises (TPE) ne possèdent pas de site internet. Même si le gouvernement met à disposition des moyens financiers pour « faciliter la numérisation » l’isolement des entreprises, la multiplicité des acteurs et l’obstacle du financement restent l’une des problématiques de 2020.

Quel bilan pour la présence sur internet des TPE/PME ?

Les TPE/PME ne sont pas totalement absentes du web. Et, si le budget alloué à ce canal reste modeste, il est compensé par du temps humain. Faute de personnel dédié et qualifié, le rapport met en lumière que seules 65 % des TPE PME mènent des actions afin d’améliorer leur référencement naturel (gratuit).

Un travail qui s’inscrit dans le long terme. Les conclusions de l’étude pointent « une perception encore floue des bénéfices qui débouchent sur peu d’investissements et de moyens. Les entreprises rechignent à investir sur le long terme et préfèrent rester prudentes quant aux coûts occasionnés par cette transformation numérique, tant sur le plan financier qu’humain ».

Le besoin en accompagnement reste la clef pour une meilleure appropriation du numérique. Ce qui est certain, c’est que le défi reste à penser à moyen terme une plus grande autonomie pour la digitalisation de ces petites entreprises.

L’alternance : une solution

Pour penser la digitalisation sur le long terme, des solutions existent : le recours à un alternant en fait partie. En pleine transformation digitale, les entreprises peinent à recruter des profils qualifiés pour des métiers peu connus et déjà en tension dans l’intelligence artificielle et la cybersécurité. Simplon (basée à Marseille), qui se définit comme une entreprise de formation inclusive aux métiers du numérique, lance à ce titre son CFA avec ses premières formations en alternance avec le parcours de Concepteur/Développeur d’applications.

D’autres vont suivre très prochainement sur des métiers liés à la cybersécurité, l’Intelligence Artificielle, les parcours de Développeur Web ou encore Technicien de Systèmes et Réseau. À ce titre, Laurence Bricteux, directrice de Simplon, s’exprime sur la philosophie d’apprentissage de l’école et le défi de la numérisation : « D’un côté, les entreprises, en accélérant leur transformation numérique partout dans le monde, manquent cruellement de profils qualifiés, bien formés et capables de s’adapter rapidement. De l’autre, les salariés impactés par la transformation numérique, les personnes en recherche d’évolution professionnelle, d’emploi ou même, éloignées de l’emploi, pourraient développer des compétences numériques pour autant qu’on leur en donne les moyens ».

L’opportunité pour les entreprises est double : l’avantage financier de recruter un alternant ouvre la possibilité de bénéficier de 8 000 euros d’aides octroyées par le gouvernement pour l’embauche d’un apprenti. L’entreprise pourra donc penser sur le long terme sa digitalisation.

Simplon a la caractéristique d’être une entreprise inclusive qui ouvre la possibilité pour les chômeurs, les retraités, ou encore les personnes bénéficiant de minima sociaux d’accéder à de nouveaux métiers.

Laurence Bricteux de conclure : «Notre mission est de faire émerger ces talents, de développer ces compétences clés et de diversifier les profils qui travaillent dans et avec le numérique ».

Les entreprises souhaitant intégrer des alternants dans leurs équipes peuvent contacter :
Stéphane Jakubowiczcontact-paca@simplon.co

Loading Posts...