Loading Posts...

Fundraising : Les festivals culturels éprouvés par la Covid-19

Evénements incontournables quand reviennent les beaux jours, les festivals culturels ne sortiront pas indemnes de la crise. Ceux de Provence vont-ils réussir à lever des fonds auprès des mécènes eux-mêmes impactés par la crise?

Les collectivités territoriales ont d’ores et déjà annoncé qu’elles maintenaient leurs subventions aux associations (et donc aux festivals qui ont très majoritairement adopté ce statut). C’est donc un des piliers financiers des festivals qui s’avère garanti. Seulement, la proportion des subventions dans le budget total varie énormément d’un festival à l’autre, et sa vulnérabilité également.

Certains festivals comptent principalement sur les recettes de billetterie comme le Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence. Dans un mail adressé à sa base de données, l’organisation appelle le public aux dons : « Nous avons ainsi créé un Fonds de soutien dédié qui s’adosse à notre fonds de dotation pour permettre à tous les festivaliers de nous aider financièrement ».

Le besoin de mécénat

Nous avons pu échanger sur ce sujet avec Florent Piraud, administrateur du Festival International de musique de chambre de Salon-de-Provence, pour l’instant maintenu : « On a pris le parti de travailler les mécènes en local, c’est surtout de l’apport en industrie. C’est déjà un apport important pour les PME qui nous soutiennent ».

Le mécénat tient une part importante dans l’organisation de ce festival : « Les musiciens sont eux aussi en mécénat. Ils ne touchent pas de cachet, en échange nous les accueillons très bien. Il y a du mécénat captif : Buffet Crampon qui est le premier fabricant d’instruments à vent de France, basé en région parisienne mais qui fournit nos solistes, c’est un mécénat important de 10 000 € sur un budget total de 230 000 € par an ».

En revanche, les mécènes ne sont pas certains de garantir leur budget pour cette année et les suivantes. Florent Piraud nous confie qu’un de ses mécènes a perdu 87% de son chiffre d’affaires au mois d’avril, ce qui risque d’impacter la dotation du festival salonais.

Le mécénat fait partie des premières dépenses que l’on supprime quand on doit couper dans le budget. A l’inverse, la FNAC Salon a d’ores et déjà annoncé, malgré les difficultés traversées, qu’elle soutiendrait le festival de musique de chambre.

Loading Posts...