Loading Posts...

Armand Mazloumian : « La seule constance en Chine, c’est le changement »

Armand Mazloumian est président du French Chinese Center. Il nous dévoile les best pratiques du business interculturel et les perspectives de collaboration entre notre territoire et la Chine à l’aune du projet des nouvelles routes de la soie. Interview.

Provence Business : Pouvez-vous vous présenter ?

Armand Mazloumian : Après mes études de commerce à Marseille, j’ai occupé pendant près de 5 ans des fonctions de direction dans la grande distribution en France dans des groupes comme Decathlon, Darty, Nature et Découverte, Longchamp. Passionné par la Chine, après plusieurs expériences dans le retail en France, j’ai créé en 2005 le French Chinese Center.

Avec 16 ans d’expérience en Chine, dans les secteurs du retail, du luxe, des ePayments et du e-commerce, je conseille les marques et PME dans leurs stratégies d’entrée sur le marché chinois, fashion show, ouvertures de boutiques en Chine, événements. Aujourd’hui, dans le cadre de mes fonctions de président du French Chinese Center et de Fondateur de China Booster, le 1er programme d’accélération français gratuit, j’aide les start-ups, entrepreneurs français et européens dans les secteurs Mode, Luxe, Beauté et Tech à se lancer en Chine.

Parlez-nous du French Chinese Center. 

Le French Chinese Center est dédié dans ses missions entre la France et la Chine et l’assistance des entreprises dans leur business avec la Chine, grâce à notre réseau de relation et notre expertise acquise en Chine. Des marques comme Lancel, Sonia Rykiel, Rose et Marius, Renaissance Hôtel, Bastide mais aussi des agences de développement économique françaises et chinoises se sont tournées vers le French Chinese Center pour demander conseil.

Régulièrement nous organisons des conférences, workshops comme China Tech, la 1ère conférence internationale dédiée à l’écosystème Tech chinois, sur les sujets du retail, tourisme, paiement, e-commerce, marketing, logistique et business. Les 2 premières éditions se sont déroulées à la Coque à Marseille avec plus de 150 participants et 14 speakers experts venus de Chine, Luxembourg, Paris, Genève et de France. Nous travaillons sur l’organisation de la 3ème édition de China Tech dont le thème sera China Tech #Résilience.

Quel lien notre territoire entretient-il avec la Chine ?

Marseille a tout-à-fait sa place dans Les Nouvelles Routes de la Soie maritime. Plus récemment, des échanges ont eu lieu en Chine avec le numéro 1 chinois de la téléphonie Huawei lors d’un déplacement avec Provence Promotion. Des discussions sont en court pour accueillir Huawei à Marseille.

Enfin, ces derniers jours, la CCI Aix-Marseille Provence a apporté son soutien au lancement de China Booster, initié par le French Chinese Center : un programme d’accélération gratuit dédié aux start-ups françaises pour se lancer en Chine. Les atouts du programme China Booster.

Chaque start-up a accès à des avantages évalués à 1 500 000 € ; un programme sur mesure intensif de 6 mois pour accélérer vos affaires avec la Chine; un mentorat, des réseaux et des opportunités d’affaires offertes; un programme gratuit n’imposant pas d’entrée au capital, ni commission sur ventes.

Qu’observez-vous de la crise ?

En chinois, le mot crise est composé de danger et opportunité. Un concept de dualité associé à la philosophie Taoïste. Le coronavirus a accéléré la digitalisation de l’économie mondiale. Certaines marques se montrent plus résilientes et réussissent à mesurer le changement de sentiment des consommateurs pour pivoter leur stratégie online comme les groupes Kering, LVMH, qui notent des signaux encourageants de reprise, avec +50% réalisés par la marque Louis Vuitton mi-avril, ou Hermès, Tesla et Sephora.

Les dépenses des consommateurs de Chine pour la beauté devraient augmenter, à plus de 2530 euros/personne/ an. Après que la Fashion Week de Shanghai soit devenue entièrement en ligne sur la plateforme du groupe Alibaba le 24 mars 2020, c’est maintenant au tour du Canton Fair (Foire de Canton).

Pensez-vous que notre territoire métropolitain soit stratégique dans le projet des nouvelles routes de la soie ? Où en est-on ? 

Marseille a toute sa place dans le projet OBOR. De nombreuses actions sont entreprises par le Port de Marseille avec le Port de Qingdao, province du Shandong et Shanghai. Il faut maintenant attendre la forme qu’OBOR va prendre et quelle forme la Chine va lui donner, afin de pouvoir continuer pour la Métropole Aix-Marseille-Provence de renforcer les liens tissés avec la Chine pour y prendre part.

Cela doit passer par des déplacements plus réguliers et la nomination d’un référent ambassadeur ayant une vraie expérience des négociations et une forte connaissance de la culture chinoise des affaires en Chine, qui porterait les projets d’Aix-Marseille- Provence en Chine, mais il semble que cela soit déjà à l’ordre du jour des acteurs économiques de Marseille.

Nos lecteurs sont des investisseurs, quels conseils leur donneriez-vous ? 

Avant de lancer le business en Chine ou d’aller à un salon présenter ses produits en Chine, pensez à déposer votre marque en Chine. N’oubliez pas qu’un oui ou un contrat n’a pas de valeur en Chine, c’est la qualité des relations et votre attitude avec votre interlocuteur qui prime. La seule constance, c’est le changement en Chine. Si vous avez des difficultés avec votre interlocuteur, ne vous énervez jamais. Essayez plutôt de le congratuler en l’invitant au restaurant ou au golf pour arranger cela.

À lire aussi
Loading Posts...