Loading Posts...

Immobilier : Les groupements fonciers viticoles, l’immobilier plaisir

Immobilier : Les groupements fonciers viticoles, l’immobilier plaisir

Dans la période de crise que nous vivons actuellement, les occasions de se changer les idées sont précieuses. Aujourd’hui, nous vous évoquons un placement « plaisir » qui vous permettra de vous évader l’espace de quelques instants.

Aujourd’hui, pour des sommes assez raisonnables (à partir de 3 500 euros), vous pouvez acquérir une part d’un vignoble, plus précisément une partie des vignes. Ce type de placement, bien qu’extravagant a priori, n’est pourtant pas nouveau. Plusieurs entreprises spécialisées dans les GFV, ou de façon moins spécifique dans la gestion de patrimoine, sont capables de vous orienter vers ce type de placements.

Sachant que le vin est un produit de plus en plus convoité dans le monde, sa valeur a tendance à augmenter. Surtout quand il s’agit d’AOP, et encore plus quand on choisit des vignobles réputés (Champagne, Bourgogne, Bordeaux…).

Rentabilité en nature

Est-ce un placement intéressant ? La réponse est « Non ». Un GFV n’est pas un outil spéculatif. Les parts peuvent effectivement prendre de la valeur dans le temps, surtout pour les appellations les plus réputées. Mais il faut l’envisager dans une optique de long terme.

Chaque année, le GFV verse un dividende (de l’ordre de 1 à 1,5%) s’il est encaissé en numéraire et (4 à 6%) s’il est encaissé en bouteilles du domaine. C’est donc avant tout un investissement-plaisir. A noter que certains GFV sont aussi un produit de défiscalisation intéressant : 18% de la part achetée peuvent être déduits de l’impôt sur le revenu, avec des plafonds assez élevés.

Dans notre région, acheter des parts de GFV est une opportunité récurrente sur des appellations Bandol ou Châteauneuf-du-Pape. Alors, envie d’investir pour mettre le vin de Provence à l’honneur ?

Les chiffres clés

Réduction des impôts sur le revenu : 18% de la part achetée
1-1,5% : Dividende versé
4-6% : Dividende versé en numéraire
3 500 euros : Une part d’un vignoble

Loading Posts...